Auteurs présents

Max Cabanes

Max Cabanes

1989, le Grand Tour (Dupuis)

Le tour le plus fou par Max Cabanes !

« En matière de rêve, j’ai appris à être patient. J’ai fini par admettre qu’il existe bien une sorte d’harmonie du hasard, plus ou moins favorable aux accomplissements. J’ai fini par admettre qu’un simple coup de fil peut vous installer à l’arrière d’une limousine du Tour de France, avant même de réaliser que l’enchanteur s’appelle Pierre Christin et qu’il vient de se servir de sa baguette d’éditeur magique.

C’était en 1989. J’étais ce môme qui avait suivi jadis les exploits du Tour au transistor et qui voyait enfin les figurines de plomb rouler à 60, tomber dans des ravins et manger comme des ogres, le soir, en chantant victoire dans des hôtels hallucinés.

30 années plus tard, les repentirs flottent, comme un rêve à reprendre. »

La Grande Boucle, le Tour, la plus prestigieuse des épreuves cyclistes sur route et la plus ancienne a été suivie par Max Cabanes pour son édition de 1989. Ce passionné de vélo y découvrira les émotions de cette course plus qu’exigeante. Son récit est livré dans une nouvelle édition, écrin poétique pour le rêve de gosse que l’auteur va vivre, en réalisant enfin sa boucle magique. Un reportage qui permet de découvrir plus que jamais le Tour de France et les 3 285 kilomètres que les coureurs devront réaliser cette année-là.

9791034742103

C’est en 1976 que Max Cabanes a commencé sa chronique délirante et fantasque Dans les villages, précisément dans le magazine Tousse Bourin (!). Le premier tome (La Jôle) paraît alors en noir et blanc aux Éditions Audie (Fluide Glacial), la suite dans Charlie Mensuel. Dargaud rééditera le premier tome en couleurs, avant de publier les suivants : L’Anti-jôle, La Crognote rieuse, Le Rêveur de réalité.

L’auteur a (entre autres !) collaboré avec le génial Jean-Claude Forest sur Le Roman de Renart (1985 – Futuropolis), nous a ravis avec Rencontre du troisième sale type (1982 Dargaud), a exploré l’autobiographie avec Colin Maillard et Les Années Pattes d’eph (1986 et 1992 Casterman). Il a réalisé le diptyque Bellagamba chez Casterman (1999 et 2002).

Il est consacré Grand Prix d’Angoulême en 1990 (qui distingue l’ensemble d’une oeuvre et son apport à la bande dessinée) et entre ainsi à l’Académie des Grands Prix de la ville.

Son dessin s’est révélé dans la série Dans les villages, où explosent aussi son talent narratif et sa puissante inspiration. Humour, angoisse, rêve et réalité s’y mêlent dans une sarabande ambiguë et grisante.

Cabanes a reçu le Prix « Polar’Encontre » 2010 pour le 1er tome de « La Princesse du sang » sur un scénario de Manchette.




Tweet



Flux rss