Auteurs présents

Jean Geoffroy

Jean Geoffroy

Le B.A-BA du Bébé (Nouvelles éditions Bordessoules)

Enfin un livre qui peut guérir la déprime post-natale, les douleurs de l’épisiotomie, de l’accouchement, de la césarienne, qui peut faire oublier l’évanouissement du mari spectateur de l’arrivée en direct de sa descendance…

Un ouvrage que l’on peut glisser dans le bouquet de fleurs traditionnel ou parmi les autres ouvrages modes d’emploi du style :

« Comment bien élever son enfant pour éviter qu’il soit plus tard rappeur, cégétiste, énarque, dégustateur d’huile de palme ? »

« Mon fils ou ma fille m’avoue son homosexualité, dois-je rire, pleurer, acheter de l’arsenic pour mettre dans son verre, dans le mien ou simplement l’embrasser ? »

Cet ouvrage n’a qu’un but : faire sourire les parents, leur faire oublier dans quel merdier ils se sont mis ! Ne pas leur rappeler que dès l’apparition du petit ange ils vont avoir peur des maladies infantiles, de la température du biberon, de la composition des aliments pour bébé, de la diarrhée verte, des prises électriques, de la bouilloire, du vélo, du scooter, du permis de conduire, du chômage, du tabac, du pétard, du rosé pamplemousse, des petites amies…

La femme enceinte qui s’amusera en lisant ce « B.A-BA » assurera à son enfant une entrée dans la vie privilégiée en lui faisant, déjà, connaître l’humour par voie amniotique

« Le sourire est l’apanage, la langue, l’expression même de la maternité » Balzac

 

Couv Une déf BABA

Pour ceux qui se foutent du foot (Nouvelles éditions Bordessoules)

Comme les termites envahissent les maisons, le foot envahit les radios, les écrans télés. Tous les quatre ans, comme une mauvaise grippe, la coupe du monde de foot et l’euro reviennent. Au secours ! Il fallait un vaccin non pour guérir les « footeux » qui sont condamnés mais pour les autres, membres de la famille, amis, voisins, collègues qui, eux, se foutent du foot.

Ce livre­ vaccin agit en deux injections :

– La première pour essayer de comprendre comment ça marche et entrer dans l’univers (limité, qu’on se rassure) du malade pour mieux le combattre de l’intérieur. Aussi pour éviter des complications, tels divorces, embrouilles, disputes, voies de fait…

– Dans un deuxième temps, on comprendra pourquoi les footeux sont de grands malades et qu’ils sont trop « shootés » pour guérir. C’est ce que nous proposons de faire dans ces pages … et ainsi de vous éviter la contagion !

Geoffroy couvRESIZE

 

A 75 ans, j’en ai plein le cul d’être hyprocrite (Nouvelles éditions Bordessoules)

Pendant des années, écouter les politiques promettre, mentir, berner, cacher, échouer, raconter des contes à dormir debout, débiter des discours tellement vieille langue de bois qu’ils en sont vermoulus, prendre le citoyen pour un couillon (c’est dans le dictionnaire), il y’en a plein le fondement !
Jean Geoffroy, de la classe des « vrais gens » comme ils disent, tend l’oreille dans la rue, au bistrot, dans les fêtes pour écouter ses concitoyens. Ce livre est un résumé des ressentis.
Jean Geoffroy ose dire ce qu’il a dans les oreillettes, les ventricules et même les tripes !
Si, à la fin de l’ouvrage, le lecteur découvre ce qu’il pensait parfois sans jamais oser le dire, il en retirera une grande bouffée de plaisir.

Un globe-trotter doué, d’humeur joyeuse…
Né mortel.
Exerce de nombreuses professions. Instituteur, professeur, dératiseur, vendeur de fourrure, enquêteur industriel, cascadeur, comédien (inspecteur de police dans le premier OSS 117 ) etc….
Découvre la planète bleue en parcourant les cinq continents.
Rencontre le rédacteur en chef des Nouvelles Littéraires grâce auquel il fait sa première exposition à Paris.
1981 Sociétaire de la maison des Artistes de Paris comme peintre professionnel.
Expose en permanence Faubourg Saint Honoré à Paris Galerie Drouant,
en Allemagne, aux Etats-Unis, en Belgique, Colombie, Equateur.. etc..
Toiles dans des collections françaises et étrangères.
Représente la France lors d’un concours de peinture organisé par le C.I.O pour les Jeux Olympiques.
Édite son premier livre en 1968.

Publications

  • aux éditions Bordessoules :
    Le Petit Traité des Charentais en charentaises (2001)
    Le Petit Traité du Charentais et de la cagouille (2003)
    Le Petit Traité du Français dans tous ses états (2005)
    Le Rugby au banc d’essai (2007)
    La Pétanque ne perd pas la boule (2008)
    Signes de vie (2008)
    Dialogues avec mon gastéropode (2009)
    Pour ceux qui se foutent du FOOT (2010)
  • chez d’autres éditeurs :
    Minisex, Éditions L’or du temps, R. Deforges (1968)
    Clémentine la petite tache, Éditions Tisné (1969), traduit en plusieurs langues
    Néo-lympisme, Éditions L’étincelle, Montréal (1976)



Tweet



Flux rss