Auteurs présents

Didier Jung

Didier Jung

Le Noyé de Trousse-Chemise (Geste)

Alors qu’elle fait son jogging matinal sur l’île de Ré, Anaïs Dumas découvre le cadavre d’un homme nu sur le banc du Bûcheron. Elle le reconnaît, il s’agit d’Olivier Dautrillac, écrivain parisien qui a obtenu deux ans auparavant le prix Renaudot pour son dernier roman, Le Roi de Coeur.
L’adjudant-chef Chamaillard et le maréchal des logis chef Bernot arrivent sur les lieux, et après les premières constatations, ont chacun leur théorie : Olivier Dautrillac, ivre, serait tombé de son bateau, le « Roi de coeur » ; pour Chamaillard, c’est un meurtre, pour Bernot un accident. Une enquête au coeur l’île de Ré, avec pour toile de fond le monde de l’édition.

Couv Le Noyé de Trousse Chemise

Né en 1946 à Paris, Didier Jung, après avoir obtenu le diplôme de l’Institut d’Études Politiques de Paris, débute sa carrière professionnelle en 1970 à la Société Nationale de l’Électricité et du Gaz à Alger. Deux ans plus tard, il entre EDF où il fera toute sa carrière au siège de l’entreprise, dans des fonctions très diverses, particulièrement dans le domaine international.
Depuis sa retraite en 2006, il partage son temps entre la région parisienne et l’île de Ré. De 2006 à 2013, il a présidé une entreprise adaptée de Nanterre, chargée de réinsérer des malades psychiques dans le monde du travail. Il en est aujourd’hui le secrétaire. Il vit à Ars-en-Ré.

 

Disparu (Territoires témoins)

Carole et Alain, amants au temps de leurs études, se retrouvent seize ans plus tard lors d’une réunion de travail. Tous deux se sont mariés de leur côté, tous deux sont à nouveau seuls. Alain a divorcé, le mari de Carole, Jean-Marc, a disparu il y a trois ans. Alain resté en contact avec Jean-Marc, se souvient qu’il avait dit textuellement vouloir « prendre le maquis ». Alain a l’idée d’appeler un ami corse, le commandant Morazzani, aujourd’hui retraité, qui relève le défi.
Commence alors une enquête dans les méandres de l’âme corse, au gré des visites des plus beaux pay-
sages de l’ile, de ses villages reculés, de ses habitants méfiants, sous un soleil implacable.

Didier Jung, a écrit de nombreux romans, en particulier sur l’île de Ré, où il séjourne une partie de l’année. Il nous entraîne aujourd’hui dans une aventure « à domicile » du commandant de police Ange Morazzani après une croisière dans le grand nord (cf «Le chant des Baleines») où son intuition avait fait merveille. En sera-t-il de même sur son île natale ?

Jung couv disparu

 

Les Cognacq-Jay, Samaritaine et Philanthropie (Le Croît Vif)

Samaritaine et philanthropie, voilà deux mots qui résument à eux seuls l’existence du couple Cognacq-Iaÿ.
Ernest Cognacq est le fils d’un modeste bijoutier de Saint-Martin- de-Ré. Rétais de souche, il est issu de vieilles familles de l’île, mêlant terriens et marins.
Louise ]aÿ est savoyarde, fille d’un pauvre maçon de Samoëns. Après des débuts chaotiques dans le Paris du Second Empire, le travail acharné des deux époux, associé à une volonté sans failles, leur permet de construire un vaste ensemble commercial auquel ils consacrent le moindre de leurs instants.
Sans enfants, la création et le développement, pendant près de soixante ans, des grands magasins de La Samaritaine, devient l’unique but de leur vie.
Nés pauvres, ils désirent mourir pauvres. Aussi, consacrent-ils la quasi-totalité de leurs gains fabuleux à des œuvres philanthropiques, notamment à travers la Fondation Cognacq-Jaÿ, créée en 1916, et les prix destinés aux familles nombreuses, institués en 1919. On estime à l’équivalent de plusieurs centaines de millions d’euros le montant des sommes qu’ils ont distribuées à leurs employés et aux personnes nécessiteuses au cours de leur existence.
Ernest et Louise Cognacq ont laissé à la postérité des réalisations hors du commun dont, un siècle plus tard, les traces sont encore visibles sur l’île de Ré et à Paris.

Jung couverture Cognacq resize

 

 

Le Chant des baleines (Territoires témoins)

L’ex-commandant de police Ange Morazzani embarque sur l’Isbjorn pour une croisière dans le Grand Nord. À bord, une majorité de Norvégiens et une dizaine de passagers de diverses nationalités.
Bien vite les événements dramatiques se succèdent : noyade, crâne fracassé, mort suspecte. L’inspecteur Godtfried Berge, froid et méticuleux, enquête… et patauge.
Meurtres ou accidents ? Un ou plusieurs assassins ?
Morazzani qui fonctionne à l’intuition propose alors ses services.

Avec une intrigue digne d’Agatha Christie et un hommage à Patricia Highsmith, Le chant des baleines tient son lecteur sous le charme jusqu’au bout de l’enquête.

JUNG couv

 

 




Tweet



Flux rss