Auteurs présents

Allain Bougrain-Dubourg

Allain Bougrain-Dubourg

Dictionnaire amoureux des oiseaux (Plon)

Ce « Dictionnaire amoureux des oiseaux » retrace la complicité exceptionnelle d’Allain Bougrain Dubourg avec le peuple des airs. Il revisite aussi tant de combats et d’espoir et valorise les oiseaux les plus admirables, de même que ceux qui s’épanouissent en cohabitant à nos côtés.

Défier les distances, chanter à tue-tête, incarner la grâce. Inspirer le poète et questionner le scientifique. Flirter avec l’Himalaya et caresser l’océan. Être fragile comme un souffle et résister tel le phénix. Qui peut rester indifférent à l’oiseau ? Durant quelques belles décennies, j’ai eu le privilège qu’il m’invite dans son intimité. À ses côtés, j’ai partagé ses peines et ses joies. Il m’a enrichi de ses expériences, de ses valeurs aussi. À tire d’aile, il m’a convié dans la communauté des ornithologues et celle des amoureux de la nature. Ce « Dictionnaire amoureux des oiseaux » retrace une complicité exceptionnelle avec le peuple des airs. Il revisite aussi tant de combats et d’espoir. Il valorise les oiseaux les plus admirables, de même que ceux qui s’épanouissent en cohabitant à nos côtés.
Jamais autant qu’aujourd’hui la société ne s’est tournée avec enthousiasme vers l’oiseau. En quelques décennies, la Ligue pour la Protection des Oiseaux est passée de 3 salariés et 3 000 membres à 550 salariés et 65 000 membres. Le « birdwatching » devient un « sport national » pratiqué en famille. Les jardins s’enrichissent de nichoirs et de mangeoires. Partout l’oiseau s’invite dans notre quotidien. En découvrant l’oiseau, la société marche dans les pas de Léonard de Vinci, Maurice Genevoix, George Sand, Jacques Prévert et tant d’autres passionnés du peuple des airs qui trouvent légitimement leur place dans ce dictionnaire comptant près de 150 entrées.
À votre tour de picorer l’anecdote, de survoler l’histoire ou de vous poser aux côtés des merveilleux emplumés qui se donnent en spectacle.

On a marché sur la terre. Journal d’un militant (Les Échappés)

Prix 30 MILLIONS D’AMIS

Allain Bougrain Dubourg consacre sa vie à défendre la cause animale. Pendant un an, il fait le récit de son engagement quotidien et dévoile, non sans humour, les coulisses d’un combat mené avec ferveur et sincérité. Dans ce recueil à la fois personnel et militant, la voix de l’auteur s’élève pour faire entendre celle de la nature.
« L’idée de militer s’impose à moi comme une seconde nature. Mes armes sont celles de l’indignation, de la révolte face à des situations inexcusables, de l’inclination à ne pas pouvoir détourner le regard ou encore de l’exaltation en vue de victoires potentielles. Je souhaite que cet ouvrage apporte un éclairage plus lumineux sur un parcours souvent tourmenté, où l’appréhension rivalise avec la confiance. »

Lettre à ceux qui prennent les animaux pour des bêtes (Les Échappés)

« L’animal peut rire, témoigner de la compassion, soigner, se sacrifier dans l’intérêt général. Nous est-il si différent pour mériter notre mépris » ? Chaque jour, de nombreuses voix s’élèvent pour défendre la cause animale. Allain Bougrain Dubourg, lui, va plus loin en donnant la parole aux grands absents de ce débat : les animaux eux-mêmes. Qu’il prenne la voix du poussin qui s’adresse à son éleveur, du rat de laboratoire qui fustige le chercheur ou de la tortue luth qui s’élève contre le jeteur de plastique, l’auteur révèle…

 

Lettre à ceux qui prennent les animaux pour des bêtes (Glénat)

Et si les animaux prenaient la parole ?

Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle en France, il était possible de faire un procès à un animal. L’anecdote énoncée, on est en droit de se demander comment ce dernier pouvait se défendre au cours de la procédure… En réalité, le processus était aussi simple qu’ingénieux : il ne le pouvait pas. Bien heureusement, tout cela est terminé, nous avons évolué et sommes aujourd’hui loin de ces tristes pratiques moyenâgeuses. Dorénavant, il n’y a plus de procès en effet, mais la sentence est peut-être bien pire encore… Si les animaux pouvaient s’exprimer et nous expliquer posément tout ce que nous leur faisons subir, que diraient-ils ?
Avec Lettre des animaux à ceux qui les prennent pour des bêtes Frédéric Brrémaud et Giovanni Rigano cherchent à répondre à cette question en adaptant en bande dessinée le livre engagé d’Allain Bougrain-Dubourg. Dans cet ouvrage militant, ils se glissent dans la peau des animaux de notre planète pour porter leurs voix et transmettre avec douceur et pédagogie les conséquences tragiques de nos actions. Bouleversant et instructif, l’ouvrage s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes et sensibilise en employant le ton de l’humour et en jouant d’une nouvelle perspective.

Il faut continuer de marcher (La Martinière)

« Votre fils, Allain Bougrain-Dubourg, sera consigné au lycée le week-end prochain. Motif : un surveillant a trouvé des serpents vivants dans son placard, malgré l’interdiction qui lui a souvent été rappelée. »

Cette sanction, adressée à mes parents, n’étonne plus personne. Quant aux conséquences, elles ne me surprennent pas davantage : mon père double la peine. Lorsque le pensionnat me consigne durant un week-end, il ajoute le week-end suivant ! J’en mesure la portée le vendredi après-midi lorsque, telle une envolée de moineaux, les internes passent le grand portail du lycée. Me voilà orphelin de leur amitié, condamné à faire bonne figure avec la poignée d’élèves également punis.

Loin de calmer mes incartades, les punitions m’endurcissent. C’est donc sans état d’âme, ou presque, que je profite de la nuit pour grimper avec quelques copains jusqu’aux gouttières qui bordent les toitures du lycée. Objectif : récupérer les balles égarées par les mauvais joueurs de pelote basque. le lendemain, nous leur soldons ces balles perdues…

Bougrain couv

Allain Bougrain-Dubourg est président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), administrateur de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et du Conseil national de la transition écologique (CNTE). Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Il faut continuer de marcher (Éditions de La Martinière) et Lettres des animaux à ceux qui les prennent pour des bêtes (Les Échappés).




Tweet



Flux rss