Auteurs présents

Sylvie Germain

Sylvie Germain

La Puissance des ombres (Albin Michel)

Un roman où tout commence comme une comédie Bacri-Jaoui et finit comme du Thomas Bernhard… Sylvie Germain fait pénétrer le lecteur au cœur des ténèbres de l’homme. Un texte qui se lit comme un suspense métaphysique.

Daphné et Hadrien ont toujours de bonnes idées. Cette fois-ci, pour fêter les vingt ans de leur rencontre au bas des marches du métro Saint-Paul, ils ont organisé chez eux une soirée à thème : chacun de leurs amis devra porter un déguisement évoquant une station du métro parisien. Ils vont s’amuser, boire, bavarder et danser… jusqu’au moment où leur ami Gaspard Lethéroise (station Opéra) tombe mystérieusement du balcon et se tue. Puis quelques mois plus tard c’est Cyril Magrine (station Jasmin) qui se rompt le cou en dégringolant des escaliers….
Que se passe-t-il ? Quel est le lien entre la fête, les convives, les serveurs qui officiaient ce soir-là, et notre appétit – très humain – de réparation ?
Un livre magnifique et rythmé comme une partition.

Brèves de solitude (Albin Michel)

Des passants se croisent dans un square, s’observent, se jaugent furtivement. Quelques jours plus tard, forcés à la réclusion, ils se trouvent confrontés à eux-mêmes, à leur vie intérieure et à la part d’inconnu, de vide ou de chaos qu’elle recèle.

Un soir de pleine lune qui transforme le ciel au-dessus de la ville confinée en un miroir étrange, l’ordinaire des êtres se renverse en extraordinaire et chacun sent sa vie vaciller.

C’est en remarquable observatrice de ses contemporains que Sylvie Germain nous convie à cette valse mélancolique, éphémère constellation de vivants, où le tragique se mêle à la tendresse et à la dérision, le vertige de l’esseulement à la force de l’amitié.

« Les fulgurances de l’écrivaine et son acuité font le charme de cette valse
mélancolique.
« – L’Obs

Magnus (Albin Michel)

Prix Goncourt des Lycéens

« Il sourit, d’un air las, amer, car lui aussi, lui plus que quiconque, aimerait savoir qui il est exactement. Pour l’heure, il sait seulement qui il n’est pas, qui il n’aura jamais été et ne croira plus jamais être : le fils des Dunkeltal. Une délivrance. Mais il se sent un défroqué – de son nom d’emprunt, de sa fausse filiation -, avec, pour toute identité de remplacement, le nom d’un ours en peluche. Un nom que, faute de mieux, comme dans le passé, il se réapproprie.
Magnus. Alias Magnus. Sous ce vocable fantaisiste, il décide d’entrer enfin l’âge d’homme. »

L’univers romanesque de Sylvie Germain est hanté par d’étranges forces, d’inquiétants personnages. Franz, le héros de Magnus, est né avant la guerre en Allemagne. De son enfance, il ne lui reste aucun souvenir, sa mémoire est aussi vide qu’au jour de sa naissance. Il lui faut tout réapprendre, ou plutôt désapprendre ce passé qu’on lui a inventé et dont le seul témoin est un ours en peluche à l’oreille roussie : Magnus.
Dense, troublante, cette quête d’identité a la beauté du conte et porte le poids implacable de l’Histoire. Elle s’inscrit au coeur d’une oeuvre impressionnante de force et de cohérence qui fait de Sylvie Germain, prix Femina pour Jours de colère, un des écrivains majeurs de notre temps.

Jours de colère (Gallimard)

Dans les forêts du Morvan, loin du monde, vivent bûcherons, flotteurs de bois, bouviers, des hommes que les forêts ont faits à leur image, à leur puissance, à leur solitude, à leur dureté. Même l’amour, en eux, prend des accents de colère – c’est ainsi par excès d’amour que Corvol, le riche propriétaire, a égorgé sa belle et sensuelle épouse, Catherine, au bord de l’eau – et la folie rôde : douce, chez Edmée Verselay qui vit dans l’adoration de la Vierge Marie ; ou sous l’espèce d’une faim insatiable, chez Reinette-la-Grasse ; ou d’une extrême violence, chez Ambroise Mauperthuis qui se prend de passion pour Catherine, qu’il n’a vue que morte, et qui s’empare de son corps, puis des biens de Corvol, enfin des enfants de Corvol. Il finira par perdre sa petite-fille Camille, le seul être qu’il ait jamais aimé, par excès d’amour, encore.

Les Personnages (Gallimard)

«Un jour, ils sont là. Un jour, sans aucun souci de l’heure.On ne sait pas d’où ils viennent, ni pourquoi ni comment ils sont entrés. Ils entrent toujours ainsi, à l’improviste et par effraction. Et cela sans faire de bruit, sans dégâts apparents. Ils ont une stupéfiante discrétion de passe-muraille.Ils : les personnages.On ignore tout d’eux, mais d’emblée on sent qu’ils vont durablement imposer leur présence. Et on aura beau feindre n’avoir rien remarqué, tenter de les décourager en les négligeant, voire en se moquant d’eux, ils resteront là.Là, en nous, derrière l’os du front, ainsi qu’une peinture rupestre au fond d’une grotte, nimbée d’obscurité. Une peinture en grisaille, mais bientôt obsédante.Là, à la frontière entre le rêve et la veille, au seuil de la conscience. Et ils brouillent cette mince frontière, la traversent continuellement avec l’agilité d’un contrebandier, la déplaçant, la distordant.Là, plantés sur ce seuil mouvant avec la violence immobile et mutique d’un mendiant qui a jeté sur vous son dévolu et qui ne partira pas avant d’avoir obtenu ce qu’il veut.»Sylvie Germain.
«Tous les personnages sont des dormeurs clandestins nourris de nos rêves et de nos pensées, eux-mêmes pétris dans le limon des mythes et des fables…»

Le Livre des nuits (Gallimard)

Parti des confins de la terre et de l’eau, Victor-Flandrin Péniel, portant au cou les larmes de son père dont le visage fut sabré en 1870 par un uhlan, et toujours accompagné d’une mystérieuses ombre blonde, viendra s’établir dans un hameau perdu au bout du territoire et encerclé de forêts où rôdent encore les loups. C’est dans ces terres frontalières, par où la guerre sans cesse refait son entrée au pays, et dans la vie et la mémoire des hommes, que Victor-Flandrin, dit Nuit-d’Or-Gueule-de-Loup, prendra femme, par quatre fois, et engendrera une nombreuse descendance, toute marquée par la gémellité et la violence de la passion.Bien des romans d’aujourd’hui s’emploient à nous montrer les hommes et les femmes broyées par l’histoire. Mais, avec ce récit, cette terrible réalité se transfigure aux dimensions du légendaire, du conte fantastique.

Depuis trente ans Sylvie Germain construit une oeuvre imposante et cohérente, couronnée de nombreux prix littéraires : Prix Femina en 1989 pour Jours de colère, Grand Prix Jean Giono en 1998 pour Tobie des Marais, Prix Goncourt des lycéens en 2005 pour Magnus, Grand Prix SGDL de littérature 2012 pour l’ensemble de son oeuvre. Elle a notamment publié aux éditions Albin Michel Magnus (2005), L’inaperçu (2008), A la table des hommes (2015) et Brèves de solitude (2021).




Tweet



Flux rss